Archive

Posts Tagged ‘immigration’

Quand la France fout le en camp…

15 février 2010 6 commentaires

Comme je sens que le gouvernement et particulièrement le Ministre à la question bougnoule de l’immigration auront à coeur de ne pas se bananer une nouvelle fois devant le conseil constitutionnel quand viendra l’heure d’étendre les Zones de Rétention Administratives, j’ai fouillé mes archives, et j’ai retrouvé deux textes en Besson armé :

Il n’y a qu’à faire un petit « chercher remplacer » pour modifier les signatures, et ça devrait rouler : là, au moins, cette loi, on sait qu’elle marche ! On a du recul ! Comment on te les a mis dans les camps de rétention, les espingouins et les youps’ ! Ah, on savait rigoler, en c’temps-là. Précision : en 1938, Pétain n’avait pas encore été désigné (dans les conditions que l’on sait) chef de l’Etat Français, et Daladier, loin d’un extrêmiste, était une figure des rad-socs’. Il n’a jamais été suspecté d’une queconque collaboration avec les nazis. Comme quoi, même les esprits éclairés ouvrent de bonne foi la porte aux plus bas instincts criminels, car ce sont ces textes qui ont permis l’ouverture des camps de concentration français pour les réfugiés politiques. Concentration, parce que c’est le terme qu’avait choisi elle-même l’administration de notre beau pays.
Lire la suite…

Publicités

Mariages Gris : Les Envahisseurs

21 novembre 2009 Laisser un commentaire
Partager sur Facebook

David Vincent Éric Besson les a vus ! Insidieusement, « Ils » séduisent nos compatriotes les plus faibles, Ils s’insinuent sur notre sol et tels de mauvaises herbes, ils parasitent nos concitoyens, arrachant par ruse ses précieuses ressources à la bonne terre de France ! C’est beau comme du Gotlieb scénarisant Super-Dupont. Lire la suite…

Le sol de France…

Partager sur Facebook

Le titre de ce billet, c’est le début d’un bel adage, dont la version complète se lit : « Le sol de France affranchit l’esclave qui le touche[¹] ». Cette formule juridique se trouverait dans l’édit du 3 juillet 1315 du roi Louis X « Le Hutin »[²], qui tente d’imposer juridiquement l’idée que l’état de liberté est l’état naturel de l’être humain. La voie avait été tracée par St Louis mais n’avait à cette époque aucun caractère d’évidence : les civilisations connues de l’antiquité, et les peuples entourant la France de cette époque pratiquaient tous l’esclavage[³]. Pourtant, il faudra attendre 1848, soit 60 ans après la Révolution Française pour que l’esclavage soit définitivement aboli dans les faits par notre pays.
Lire la suite…