Accueil > Droit, droits de l'homme, expulsion, extradition, immigration, Politique > Quand la France fout le en camp…

Quand la France fout le en camp…

Comme je sens que le gouvernement et particulièrement le Ministre à la question bougnoule de l’immigration auront à coeur de ne pas se bananer une nouvelle fois devant le conseil constitutionnel quand viendra l’heure d’étendre les Zones de Rétention Administratives, j’ai fouillé mes archives, et j’ai retrouvé deux textes en Besson armé :

Il n’y a qu’à faire un petit « chercher remplacer » pour modifier les signatures, et ça devrait rouler : là, au moins, cette loi, on sait qu’elle marche ! On a du recul ! Comment on te les a mis dans les camps de rétention, les espingouins et les youps’ ! Ah, on savait rigoler, en c’temps-là. Précision : en 1938, Pétain n’avait pas encore été désigné (dans les conditions que l’on sait) chef de l’Etat Français, et Daladier, loin d’un extrêmiste, était une figure des rad-socs’. Il n’a jamais été suspecté d’une queconque collaboration avec les nazis. Comme quoi, même les esprits éclairés ouvrent de bonne foi la porte aux plus bas instincts criminels, car ce sont ces textes qui ont permis l’ouverture des camps de concentration français pour les réfugiés politiques. Concentration, parce que c’est le terme qu’avait choisi elle-même l’administration de notre beau pays.

Il n’y a que D. Pechanski pour se souvenir que « dans les faits, les services administratifs se montrèrent très restrictifs suivant en cela la xénophobie croissante dans l’opinion et les autres mesures du nouveau gouvernement qui, elles, étaient coercitives.[v. p. 15] » (plus sur la France des camps de réfugiés ici, et dans ce livre .)

Vous noterez tout de même comment la rhétorique d’époque évite soigneusement de se prendre les pieds dans le tapis : mot pour mot, c’est le discours qu’on nous vend actuellement.

Je reconnais que la tartine légale est un peu indigeste, mais la lecture des deux rapports attachés aux décrets eux-mêmes ne manque pas d’évoquer un certain parallèle avec des déclarations très (trop) actuelles. C’est beau comme du Guaino, et il y a même des morceaux de mariages gris dedans ! Concluez ce que vous voulez.

Décret-loi du 2 mai 1938 sur la police des étrangers

RAPPORT

AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

Paris, le 2 mai 1938.

Monsieur le Président,

Le nombre sans cesse croissant d’étrangers résidant en France impose au Gouvernement, investi du pouvoir législatif dans un domaine nettement défini, d’édicter certaines mesures que commande impérieusement le souci de la sécurité nationale, de l’économie générale du pays et de la protection de l’ordre public.
Il convient d’indiquer, dès l’abord – et pour marquer le caractère du texte qui est soumis à votre haute approbation – que le présent projet de décret-loi ne modifie en rien les conditions régulières d’accès sur notre sol, qu’il ne porte aucune atteinte aux règles traditionnelles de l’hospitalité française, à l’esprit de libéralisme et d’humanité qui est l’un des plus nobles aspects de notre génie national.
La France reste toujours aussi largement ouverte à qui vient, chez elle, recueillir les enseignements de ses richesses intellectuelles et morales, visiter ses sites incomparables, apporter fraternellement sa contribution au travail de la nation. Elle reste toujours aussi largement ouverte à la pensée, à l’idéal persécutés, qui lui demandent asile, à la condition toutefois qu’il ne soit pas fait du titre respectable de réfugié politique un usage illégitime qui serait un abus de confiance, et qu’une conduite exempte de tout reproche, une attitude absolument correcte vis-à-vis de la République et de ses institutions, soient l’inflexible règle pour tous ceux qui bénéficient de l’accueil français.
Cet esprit de générosité envers celui que nous nommerons l’étranger de bonne foi trouve sa contre-partie légitime dans une volonté formelle de frapper désormais de peines sévères tout étranger qui se serait montré indigne de notre hospitalité.
Et tout d’abord, la France ne veut plus chez elle d’étrangers « clandestins », d’hôtes irréguliers: ceux-ci devront, dans le délai d’un mois fixé par le présent texte, s’être mis en règle avec la loi ou, s’ils le préfèrent, avoir quitté notre sol. C’est ainsi que, dans une pensée d’ordre et de sécurité qui domine les dispositions ci-dessous, nous avons cru devoir faire disparaître ce que nous appellerons le « non-délit impossible ». Il peut, en effet, se produire – le cas est plus fréquent qu’on ne le croit généralement – qu’un étranger frappé par un arrêté d’expulsion se trouve hors d’état d’obtenir le visa étranger qui lui permettrait de quitter notre pays et d’aller ailleurs; contre sa volonté, il se trouve en état de délit permanent, ce qui constitue évidemment une situation inadmissible. Il y a là un état de fait qu’il faut aborder en face et qu’il faut régler; c’est pourquoi un article spécial dispose que, dans un tel cas, le ministre de l’intérieur pourra assigner à l’intéressé une résidence déterminée qui rendra sa surveillance possible. Si l’étranger indésirable ne se soumet pas, il sera frappé des mêmes peines que l’expulsé rentré irrégulièrement en France, peines que le texte rend justement sévères.
Pour déceler et identifier les étrangers clandestins et ceux qui ne sont pas en règle, il nous a paru indispensable d’étendre à tout logeur, professionnel ou bénévole, l’obliga­tion de déclarer, dans des formes d’ailleurs extrêmement simples et commodes à fixer par voie réglementaire, qu’il héberge un étranger. Rien de vexatoire dans une telle obligation, simple mesure d’ordre dont on aperçoit toute la portée pratique comme toute l’efficacité.
Ajoutons encore que le nouveau texte, en son article 4, permet d’atteindre, par des sanctions rigoureuses, toutes les officines louches, tous les individus qui, gravitant autour des étrangers indésirables, font un trafic honteux de fausses pièces, de faux passeports, sont les complices d’actes irréguliers souvent très graves, dans leurs conséquences, pour la sécurité publique; en outre, par l’article 12, se trouve sanctionné, d’une manière sévère, l’usage par un étranger d’une fausse identité, d’un faux état civil.
A côté de ces dispositions, dont la rigueur, nécessaire à la sauvegarde de la sécurité nationale, ne peut atteindre ou inquiéter que celui qui n’est pas digne de l’hospitalité française, l’article 10 apporte une innovation considérable par sa portée morale: si cette sécurité nationale, si l’ordre public ne sont pas directement en jeu, tout étranger n’ayant subi aucune condamnation de droit commun et se trouvant en situation régulière, mais dont l’éloignement de notre sol aura paru désirable, sera avisé à l’avance de la mesure qui peut être prise contre lui et pourra, s’il en exprime le désir, être personnellement entendu, dans ses explications, par un délégué, spécialement choisi, du préfet. Procès-verbal de son audition sera joint au dossier et soumis au ministre de l’intérieur qui statuera en toute connaissance de cause. Ainsi l’étranger intéressé, si modeste qu’il soit, trouvera, dans cette disposition libérale, une garantie qu’il n’avait pas jusqu’ici et qu’il nous a paru légitime d’accorder dans les limites qui viennent d’être définies.
S’il fallait résumer, dans une formule brève, les caractéristiques du présent projet, nous soulignerions qu’il crée une atmosphère épurée autour de l’étranger de bonne foi, qu’il maintient pleinement notre bienveillance traditionnelle pour qui respecte les lois et l’hospitalité de la République, mais qu’il marque enfin, pour qui se montre indigne de vivre sur notre sol, une juste et nécessaire rigueur.
Nous vous prions d’agréer, monsieur le Président, l’hommage de notre respectueux dévouement.

Le président du conseil,
ministre de la défense nationale et de la guerre,
Édouard DALADIER.

Le ministre de l’intérieur,
Albert SARRAUT.

Le garde des sceaux, ministre de la justice,
Paul REYNAUD.

Le ministre des finances,
Paul MARCHANDEAU.

Décret-loi
Le Président de la République française,

Sur le rapport du président du conseil, ministre de la défense nationale et de la guerre, et des ministres de l’intérieur, de la justice et des finances,
Vu la loi du 13 avril 1938 autorisant le Gouvernement à prendre par décret toutes dispositions ayant force de loi pour faire face aux dépenses nécessitées par la défense nationale et redresser les finances et l’économie de la nation,
Le conseil des ministres entendu,

Décrète:

Article 1er. – Tout étranger qui séjourne en France plus de deux mois doit être titulaire d’une carte d’identité d’étranger ou de tourisme demandée et délivrée dans les conditions d’âge, de délais et de formes fixées par voie réglementaire.
Le délai de deux mois peut être modifié par décret.
Tout étranger doit, pour rentrer en France, être muni des documents exigés par les conventions internationales en vigueur et tous textes réglementaires.

Art. 2. – L’étranger qui aura pénétré en France irrégulièrement, clandestinement ou non muni de ces documents revêtus des timbres et visas réglementaires, sera passible d’une amende de 100 à 1.000 F et d’un emprisonne­ment de un mois à un an.
Toutefois, avant toute poursuite à engager en vertu du paragraphe précédent, les réfugiés politiques qui auront, à leur entrée en France, au premier poste frontière, revendiqué cette qualité dans les formes et conditions qui seront déterminées, feront l’objet d’une enquête administrative sur le vu de laquelle le ministre de l’intérieur statuera.
Celui auquel la carte d’identité aura été refusée ou retirée et qui, malgré ce refus ou ce retrait, sera trouvé séjournant sur le territoire, ou celui dont la situation n’aura pas fait l’objet d’une régularisation administrative, sera puni d’une amende de 100 à 1.000 F et d’un emprisonnement de un mois à un an.
Cet étranger sera, en outre, à l’expiration de sa peine, expulsé du territoire français par le ministre de l’intérieur.

Art. 3. – L’étranger qui, sans excuse valable, aura omis de solliciter dans les délais réglementaires la délivrance d’une carte d’identité, sera, sans préjudice des amendes fiscales, passible d’une amende de 100 à 1.000 F et d’un emprisonnement de un mois à un an.

Art. 4. – Tout individu qui par aide directe ou indirecte aura facilité ou tenté de faciliter l’entrée, la circulation ou le séjour irréguliers d’un étranger sera puni des peines prévues à l’article précédent.

Art. 5. – Les étrangers possédant les pièces justifiant qu’ils sont en règle avec la législation les concernant, doivent en être porteurs de manière à pouvoir les présenter à toute réquisition sous peine d’une amende de 5 à 15 F.

Art. 6. – Toute personne logeant ou hébergeant un étranger en quelque qualité que ce soit, même à titre gracieux, ou louant des locaux nus à un étranger, devra, dans les vingt-quatre heures de l’arrivée ou de la location, pour les hôteliers, logeurs et gérants responsables de pensions de famille, et dans les quarante-huit heures au plus, pour les particuliers, en faire la déclaration au commissariat de police du quartier ou de la commune dans laquelle , résidera l’étranger ou à la gendarmerie, ou à défaut à la mairie.
Les infractions à cette obligation seront punies d’une amende de 5 à 15 F, sans préjudice des poursuites qui pourront être intentées en application de l’article 4 du présent décret-Ioi et des mesures d’expulsion qui pourront être prises à l’encontre des logeurs de nationalité étrangère, qu’ils soient professionnels ou particuliers.

Art. 7. – Tout étranger autorisé à séjourner en France changeant de domicile ou de résidence, même dans les limites d’une même commune si celle-ci compte plus de 10.000 habitants, doit faire connaître sa nouvelle adresse en faisant viser sa carte d’identité au départ et à l’arrivée au commissariat de police, ou à défaut à la mairie, sous peine d’une amende de 16 à 1.000 F.
Ces dispositions ne sont pas applicables aux titulaires de la carte de tourisme et à ceux qui ne font pas en France un séjour dont la durée les astreint à demander la délivrance d’une carte d’identité.

Art. 8. – Le ministre de l’intérieur pourra, par mesure de police en prenant un arrêté d’expulsion, enjoindre à tout étranger domicilié en France ou y voyageant de sortir immédiatement du territoire français et le faire conduire à la frontière.
Dans les départements frontières, le préfet aura le même droit, à charge d’en référer immédiatement au ministre de l’intérieur.

Art. 9. – Tout étranger expulsé qui se sera soustrait à l’exécution des mesures énoncées dans l’article précédent ou dans l’article 272 du code pénal, ou qui, après être sorti de France, y aura pénétré de nouveau, sans autorisation, sera condamné à un emprisonnement de six mois à trois ans. A l’expiration de sa peine, il sera conduit à la frontière.

Art. 10. – L ‘étranger à même de justifier qu’il est entré en France dans des conditions régulières, qu’il n’a encouru aucune condamnation correctionnelle ou criminelle de droit commun, auquel l’autorisation de séjour aura été accordée par la délivrance d’une carte d’identité de validité normale, ne pourra être expulsé qu’après avoir été entendu personnel­lement par un délégué du préfet s’il en manifeste le désir. Un procès-verbal constatant les explications et justifica­tions de l’intéressé sera dressé et transmis au ministre de l’intérieur.
L’étranger aura huit jours à partir de la notification de la mesure administrative envisagée à son encontre pour exercer le droit qui lui est donné par le présent article.
Cette procédure ne sera pas applicable si la mesure d’éloignement est provoquée par des motifs touchant à l’ordre public ou à la sécurité nationale dont le ministre de l’intérieur ou les préfets des départements frontières restent seuls juges.

Art. 11. – L’étranger pour lequel il sera démontré qu’il se trouve dans l’impossibilité de quitter le territoire français ne sera pas assujetti aux dispositions des articles 8 et 9 du présent décret-Ioi ; toutefois, le ministre de l’intérieur pourra astreindre ledit étranger à résider dans des lieux qu’il fixera et dans lesquels l’intéressé devra se présenter périodique­ment aux services de police ou de gendarmerie.
Les étrangers ainsi visés qui n’auraient pas rejoint, dans le délai prescrit par le ministre de l’intérieur, la résidence assignée, ou qui ultérieurement auraient quitté cette résidence sans autorisation du ministre de l’intérieur, seront passibles d’un emprisonnement de six mois à trois ans.

Art. 12. – La fausse déclaration d’état civil, en vue de dissimuler sa véritable identité, ou l’usage de fausses pièces d’identité entraînera pour l’étranger délinquant la condam­nation au maximum des peines prévues dans les différents articles du présent décret-loi.

Art. 13. – La loi du 26 mars 1891 n’est pas applicable aux peines prévues par le présent décret-loi.
Les dispositions de l’article 463 du code pénal ne sont applicables qu’aux cas visés par l’article 7.

Art. 14. – Sont abrogées toutes dispositions contraires au présent décret qui est applicable à l’Algérie et qui entrera en vigueur dès sa publication au Journal officiel.
Les étrangers actuellement en France devront avant le 31 mai 1938 s’être mis en règle avec les dispositions du présent décret.

Art. 15. – Le président du conseil, ministre de la défense nationale et de la guerre, les ministres de l’intérieur, de la justice sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l’exécution du présent décret qui sera publié au Journal officiel de la République française et soumis à la ratification des Chambres, conformément à la loi du 13 avril 1938.

Fait à Paris, le 2 mai 1938.

Albert LEBRUN.

Par le Président de la République :

Le président du conseil,
ministre de la défense nationale et de la guerre
Édouard DALADIER.

Le ministre de l’intérieur,
Albert SARRAUT.

Le garde des sceaux, ministre de la justice,
Paul REYNAUD.

Le ministre des finances,
Paul MARCHANDEAU.

Décret-loi du 12 novembre 1938 relatif à la situation et à la police des étrangers

RAPPORT

AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

Paris, le 12 novembre 1938.

Monsieur le Président,

Les décrets des 2 et 14 mai dernier, qui réglementent en France la situation des étrangers, ont clairement marqué la discrimination que le Gouvernement entendait faire entre les individus moralement douteux, indignes de notre hospita­lité, et la partie saine et laborieuse de la population étrangère.
Ces textes, qui répondaient à un voeu unanime, ont déjà eu les effets les plus utiles. Nous estimons qu’il serait opportun d’en faciliter encore l’application et d’en compléter les très importants résultats par un certain nombre de mesures les unes nouvelles, les autres destinées à fixer certains points essentiels d’application des principes généraux posés dans les décrets de mai 1938.
Tout d’abord, il est indispensable de formuler une définition du domicile et de la résidence des étrangers se trouvant sur le territoire, définition qui n’existe actuellement dans aucun texte. Il en résulte qu’actuellement peuvent être données toutes les interprétations de la notion de domicile et qu’une simple résidence de fait, même irrégulière, peut conférer à des étrangers les mêmes droits qu’un domicile légal. Il convient donc de déterminer très explicitement les conditions d’acquisition du domicile et de la résidence. Nous avons, en même temps, réglementé le mariage des étrangers en subordonnant sa célébration à la domiciliation régulière en France. Nous avions constaté, en effet, le nombre croissant des étrangers qui n’hésitaient pas, pour faire échec à des mesures d’éloignement, à contracter des mariages de pure forme, afin d’acquérir des attaches françaises. Il fallait mettre un terme à ces abus.
Puis, tout en précisant les droits dont jouissent les étrangers naturalisés, nous avons déterminé les modalités suivant lesquelles certains étrangers pourraient accéder de plein droit à la nationalité française, en raison, soit de leur naissance en France, soit de leur mariage avec un de nos nationaux. Il importe, en effet, d’enlever à cette accession son caractère trop «automatique»; ici plus qu’ailleurs, il convient de faire le partage entre les bons éléments et les indésirables qui, pour être exclus de notre territoire, ne doivent évidemment pas pouvoir s’intégrer dans la collecti­vité française.
Cette préoccupation nous a également amené à simplifier la procédure de déchéance de nationalité, car, si notre législation se montre des plus libérales pour attribuer aux étrangers la qualité de Français, il importe que les autorités responsables aient à leur disposition des moyens prompts et efficaces pour retirer notre nationalité aux naturalisés qui se montreraient indignes du titre de citoyen français.
Par ailleurs, nous avons pensé que la naturalisation ne devait plus comporter l’octroi immédiat du droit de vote; le nouveau français doit faire son éducation de citoyen de la République, avant d’y exercer un droit souverain. Des dispositions précédentes l’avaient déjà écarté pour dix ans, des fonctions publiques et électives; il nous a paru qu’il convenait de ne conférer la qualité d’électeur qu’au bout d’un délai de cinq ans, à moins qu’il n’ait accompli effectivement le temps de service actif dans l’armée française. Cette disposition n’a, évidemment, pas de caractère rétroactif.
Enfin, s’il fallait strictement réglementer les conditions d’acquisition de la nationalité française, il n’était pas moins indispensable d’assurer l’élimination rigoureuse des indésirables. Sans doute le ministre de l’intérieur a-t-il le droit d’expulser les étrangers résidant en France, ou, s’ils sont dans l’impossibilité de trouver un pays qui les accepte, peut­-il leur assigner une résidence dans une localité déterminée, mais il est de ces étrangers qui, en raison de leurs antécédents judiciaires ou de leur activité dangereuse pour la sécurité nationale, ne peuvent, sans péril pour l’ordre public, jouir de cette liberté encore trop grande que leur conserve l’assignation à résidence. Aussi est-il apparu indispensable de diriger cette catégorie d’étrangers vers des centres spéciaux où elle fera l’objet d’une surveillance permanente que justifient leurs infractions répétées aux règles de l’hospitalité.
En outre, à l’égard des étrangers expulsés qui, ayant parfaitement la possibilité de quitter la France, s’obstinent à enfreindre les ordres de départ, la peine de la relégation est la seule sanction efficace pour éviter la violation répétée des mesures d’éloignement prises par les autorités françaises. Telles sont les diverses réformes que réalise le présent décret que nous avons l’honneur de soumettre à votre haute approbation.
Veuillez agréer, monsieur le Président, l’hommage de notre profond respect.

Le président du conseil,
ministre de la défense nationale et de la guerre,
Édouard DALADIER.

Le ministre de l’intérieur,
Albert SARRAUT.

Le garde des sceaux, ministre de la justice,
Paul MARCHANDEAU.

Le Président de la République française,
Sur le rapport du président du conseil, ministre de la défense nationale et de la guerre, du ministre de l’intérieur, du garde des sceaux, ministre de la justice,
Vu la loi du 5 octobre 1938, tendant à accorder au Gouvernement les pouvoirs pour réaliser le redressement immédiat de la situation économique et financière du pays;
Vu le décret du 2 mai 1938, sur la police des étrangers;
Vu la loi du 10 août 1927 sur la nationalité française;
Le conseil des ministres entendu,

Décrète:

TITRE Ier

CONDITIONS DANS LESQUELLES LES ÉTRANGERS PEUVENT BÉNÉFICIER DES DROITS SUBORDONNÉS A L’EXISTENCE D’UN DOMICILE OU D’UNE RÉSIDENCE EN FRANCE.

Article 1er – Les étrangers ne peuvent bénéficier des droits dont l’acquisition, l’exercice ou la jouissance sont subordonnés par les textes législatifs ou réglementaires à des conditions de domicile ou de résidence en France que si, au moment de l’acquisition, de la jouissance ou de l’exercice de ces droits, ils sont autorisés par les autorités administratives compétentes à séjourner sur le territoire français, pendant une durée supérieure à un an. Les permis de séjour accordés pour un an, ou moins d’un an, ne peuvent, même s’ils ont été renouvelés, tenir lieu de l’autorisation ci-dessus exigée.
Les étrangers qui auront, soit cessé volontairement d’avoir leur domicile ou leur résidence régulière en France, soit reçu l’ordre des autorités administratives compétentes, de quitter le territoire, ne pourront plus se prévaloir du bénéfice de l’alinéa précédent.

Art. 2. – Les mineurs étrangers qui ne sont pas soumis à la réglementation relative au séjour des étrangers en France, ne peuvent bénéficier des droits visés à l’article 1er, que si leur représentant légal, au cas où il serait lui-même étranger, remplit personnellement les conditions exigées par ledit article.

Art. 3. – La preuve de l’autorisation de séjour prévue par l’article 1er sera rapportée par la production, soit de la carte d’identité réglementaire d’étranger, soit d’un certificat délivré par la préfecture du lieu du domicile ou de la résidence de l’intéressé, mentionnant la date à laquelle celui­-ci a été admis à s’établir sur le territoire français et la durée de l’autorisation accordée.

Art. 4. – Les étrangers soumis à des mesures prises en application de l’article II du décret du 2 mai 1938 ne pourront se prévaloir des droits susmentionnés.

Art. 5. – Les dispositions qui précédent sont applicables aux étrangers ayant pénétré en France antérieurement à la mise en vigueur du présent décret.

Art. 6. – Il n’est pas dérogé par le présent décret au décret du 17 juin 1938 tendant à assurer la protection du commerce français.

TITRE II

RÈGLES RELATIVES AU MARIAGE DES ÉTRANGERS

Art. 7. – Sans préjudice de l’application des dispositions du titre V du livre 1er du code civil, le mariage de l’étranger ne pourra être célébré en France, que si l’étranger remplit les conditions exigées par l’article 1er du présent décret.

Art. 8. – L’officier de l’état civil qui célébrerait le mariage d’un étranger en violation des dispositions de l’article précédent sera passible de l’amende prévue à l’article 192 du code civil.
L’étranger qui, sans remplir les conditions exigées par l’article précédent, aura contracté mariage en France, sera puni d’une amende de 16 à 300 F et d’un emprisonnement de trois mois au moins et de six mois au plus.

Art. 9. – Les dispositions des titres Ier et Il ne sont pas applicables aux agents diplomatiques et aux consuls de carrière.

TITRE III

MODIFICATION DE LA LOI DU 10 AOUT 1927 SUR LA NATIONALITÉ FRANÇAISE

Chapitre Ier

Modification des règles d’acquisition de la nationalité française.

Art. 10. – Le chiffre 7 de l’article 1er de la loi du 10 août 1927 est modifié comme suit :
« 7. Tout individu, né en France de parents inconnus ».

Art. 11. – Le dernier alinéa de l’article 2 de la loi du 10 août 1927 est modifié comme suit :
« Les dispositions du présent article ainsi que celles des alinéas 2°, 3°, 5° et 6° de l’article 1er ne sont pas applicables aux enfants nés en France des agents diplomatiques et des consuls de carrière de nationalité étrangère qui, s’ils y sont domiciliés, auront la faculté, à partir de l’âge de seize ans, jusqu’à l’âge de vingt-deux ans accomplis, de réclamer la qualité de Français aux conditions fixées par l’article 3. »

Art. 12. – L’alinéa 5 de l’article 3 de la loi du 10 août 1927, est modifié ainsi qu’il suit :
« Les dispositions du présent article ne sont pas applica­bles à l’individu contre lequel a été pris un arrêté expulsion ou un arrêté d’assignation à résidence, qui n’aura pas été expressément rapporté dans les formes où il est intervenu. »

Art. 13. – L’alinéa b de l’article 4 de la loi du 10 août 1927 est modifié ainsi qu’il suit :
« L’individu contre lequel a été pris un arrêté d’expulsion ou un arrêté d’assignation à résidence qui n’aura pas été expressément rapporté dans les formes où il est inter­venu. »

Art. 14. – Le chiffre 1°, de l’alinéa 4 de l’article 7 de la loi du 10 août 1927, est modifié ainsi qu’il suit :
« 1° Aux individus qui, âgés de moins de vingt et un ans, auraient fait l’objet d’un arrêté d’expulsion ou d’un arrêté d’assignation à résidence, qui n’aura pas été expressément rapporté dans les formes où il est intervenu. »

Art. 15. – Le 3e alinéa de l’article 5 de la loi du 10 août 1927 est abrogé.

Art. 16. – L’article 5 de la loi du 10 août 1927 est complété ainsi qu’il suit :
« La participation aux opérations de recrutement dans les conditions prévues à l’alinéa 4 de l’article 3, confère la qualité de français à dater du jour de la comparution volontaire de l’intéressé devant le conseil de révision ».

Art. 17. – L’alinéa 2, du chiffre 1° de l’article 6 de la loi du 10 août 1927, est modifié comme suit :
« Est assimilé à la résidence en France :

« a) Le séjour en pays étranger pour l’exercice d’une fonction conférée par le Gouvernement français ou l’exer­cice d’une fonction ou d’un emploi au siège d’une ambassade ou légation française ;

« b) Le séjour dans un pays en union douanière avec la France. »

Art. 18.
– Il est inséré entre les articles 7 et 8 de la loi du 10 août 1927 un article 7 bis, ainsi conçu :
« Lorsqu’un étranger aura sciemment fait une fausse déclaration, présenté une pièce contenant une assertion mensongère ou erronée, ou employé des manœuvres frauduleuses quelconques à l’effet d’obtenir sa naturalisa­tion ou sa réintégration, le décret intervenu pourra, sous réserve des droits ouverts au profit des tiers de bonne foi, être rapporté par décret rendu sur avis conforme du conseil d’État. L’intéressé dûment appelé, aura la faculté de produire des pièces et mémoires.
« Le décret devra être rapporté dans un délai de dix ans à partir de la découverte de la fraude, délai qui court seulement à dater de la mise en vigueur de la présente disposition si la découverte de la fraude est antérieure à sa mise en vigueur. »

Art. 19. – L’article 8 de la loi du 10 août 1927 est abrogé et remplacé par les dispositions suivantes :
« La femme étrangère qui épouse un français n’acquiert la qualité de française que sur sa demande expresse, formulée par voie de déclaration souscrite avant la célébration du mariage.
« Les dispositions du présent article ne sont pas applica­bles:

« a) A la femme contre laquelle a été pris un arrêté d’expulsion ou d’assignation à résidence qui n’aura pas été expressément rapporté dans les formes où il est intervenu ;

« b) A la femme qui aura contracté mariage en France sans remplir les conditions exigées par la loi pour le mariage avec des étrangers en France ;

« c) A la femme qui, dans le délai prévu à l’alinéa 2, se sera vu refuser l’acquisition de la nationalité française par décret rendu à la demande du ministre de l’intérieur, sur la proposition du garde des sceaux, ministre de la justice, et sur avis conforme du conseil d’État. »

« Art. 8 bis. – La femme française qui épouse un étranger conserve la nationalité française à moins que par déclaration souscrite avant la célébration du mariage, elle ne déclare expressément vouloir acquérir, en conformité des disposi­tions de la loi nationale du mari, la nationalité de ce dernier. »

Art. 20. – Les alinéas 5 et suivants de l’article 6 de la loi du 10 août 1927 sont abrogés et remplacés par les dispositions suivantes :
« L’étranger naturalisé jouit de tous les droits attachés à sa qualité de Français.
« Néanmoins, lorsque la qualité de citoyen français est nécessaire pour permettre l’inscription sur des listes électorales quelles qu’elles soient, il ne devient électeur qu’à l’expiration d’un délai de cinq années, à dater du décret de naturalisation.
« Lorsque l’exercice de fonctions ou de mandats électifs est conditionné par la qualité de citoyen français, le naturalisé ne pourra être investi de ces fonctions ou mandats, que dix ans après le décret de naturalisation. »
Toutefois, il jouira de tous les droits énumérés aux deux paragraphes précédents, s’il a accompli effectivement le temps de service actif dans l’armée française, correspondant aux obligations de sa classe d’âge.
« Il pourra, cependant, à l’expiration des cinq années après lesquelles il devient électeur, obtenir, pour des motifs exceptionnels, que le délai de dix ans prévu ci-dessus soit abrogé par décret, dans la forme prescrite pour les règlements d’administration publique, sur rapport motivé du garde des sceaux, ministre de la justice.
« Pendant dix ans, à partir du décret qui lui a conféré la naturalisation, l’étranger ne peut être nommé à des fonctions publiques rétribuées par l’État, inscrit à un barreau ou nommé titulaire d’un office ministériel.
« Cette incapacité ne frappera pas les naturalisés qui auront accompli cinq ans au moins de service militaire. »

Art. 21. – L’article 14 de la loi du 10 août 1927 est complété ainsi qu’il suit :
« L’incapacité établie par l’alinéa 6 de l’article 6 ne frappe pas les étrangers naturalisés antérieurement au 15 novembre 1938.
« L’incapacité établie à l’alinéa 10 dudit article 6 ne frappe pas les étrangers naturalisés antérieurement au 20 juillet 1934 et qui ont accompli effectivement le temps de service actif dans l’armée française correspondant aux obligations de leur classe d’âge. »

Chapitre 2

Modifications des règles de la perte de nationalité française.

Art. 22. – Les articles 9 et 10 de la loi du 10 août 1927 sont ainsi modifiés :
« Art. 9. – Perdent la nationalité de Français :
« 1° Le Français naturalisé à l’étranger ou celui qui acquiert sur sa demande une nationalité étrangère par l’effet de la loi, après l’âge de 21 ans.
« Toutefois, jusqu’à l’expiration d’un délai de dix ans à partir soit de l’incorporation dans l’armée active, soit de l’inscription sur les tableaux de recensement en cas de dispense du service actif, l’acquisition de la nationalité étrangère ne lui fait perdre la qualité de Français que si elle a été autorisée par le Gouvernement français ;

« 2° Le Français qui a répudié la nationalité française dans le cas prévu à l’article 2 ;

« 3° Le Français même mineur, qui, possédant une nationalité étrangère, est autorisé, sur sa demande, par le Gouvernement français à la conserver ;

« 4° La Française, même mineure, qui a opté pour la nationalité étrangère de son mari, dans les cas prévus à l’article 8 bis ;

« 5° Le Français qui, remplissant à l’étranger un emploi dans un service public, le conserve nonobstant l’injonction de le résigner dans un délai déterminé qui lui aura été fait par le Gouvernement français. Cette mesure pourra être étendue à la femme et aux enfants mineurs par décret rendu dans les formes prévues à l’article 10 ;

« 6° Le Français qui, possédant la nationalité d’un pays étranger dont il se comporte en fait comme le national, est déclaré avoir perdu la nationalité française par décret rendu dans les formes prévues à l’article 10. Cette mesure pourra, dans les mêmes formes, être étendue à la femme et aux enfants mineurs ;

« 7° Le Français déchu de la nationalité française dans les cas prévus à l’article 10 ci-après.

« Art. 10. – L’étranger devenu Français sur sa demande ou celle de ses représentants légaux, ou par application de l’article 4, peut être déchu de cette nationalité à la demande du ministre de l’intérieur, par décret rendu sur la proposition du garde des sceaux, ministre de la justice, et sur avis conforme du conseil d’État. L’intéressé dûment appelé a la faculté de produire des pièces et des mémoires.

« Cette déchéance sera encourue :
« 1° Pour avoir accompli des actes contraires à l’ordre public, à la sûreté intérieure ou extérieure de l’État ou au fonctionnement de ses institutions ;

« 2° Pour s’être livré, au profit d’un pays étranger, à des actes incompatibles avec la qualité de citoyen français.

« 3° Pour s’être soustrait aux obligations résultant pour lui des lois de recrutement ;

« 4° Pour avoir, en France ou à l’étranger, commis un crime ou un délit ayant entraîné une condamnation à une peine d’au moins une année d’emprisonnement.
« Le décret devra intervenir dans les dix ans du décret de naturalisation si les faits sont antérieurs audit décret et dans les dix ans de la perpétration des faits s’ils sont postérieurs à la naturalisation.
 » Cette déchéance sera encourue quelle que soit la date de l’acquisition de la qualité de Français, même si elle est antérieure à la mise en vigueur de la présente disposition mais à condition que les faits s’ils sont postérieurs à la naturalisation, aient été commis avant l’expiration d’un délai de dix ans à compter de cette acquisition.
« Cette mesure pourra dans les mêmes formes être étendue à la femme et aux enfants mineurs. »

Art. 23. – Le dernier alinéa du décret du 17 juin 1938 relatif à la condition des fils d’étrangers nés en France et résidant en Tunisie est modifié ainsi qu’il suit :
« Les dispositions du présent article ne sont pas applica­bles à l’individu contre lequel a été pris un arrêté d’expulsion qui n’aura pas été rapporté expressément dans les formes où il est intervenu. »

TITRE IV

MESURES RELATIVES A CERTAINS ÉTRANGERS INDÉSIRABLES

Art. 24. – L’article 9 du décret-Ioi du 2 mai 1938 sur la police des étrangers est remplacé par les dispositions suivantes :
« Tout étranger expulsé qui se sera soustrait à l’exécution des mesures énoncées dans l’article précédent, ou dans l’article 273 du code pénal, ou qui, après être sorti de France y aura pénétré de nouveau, sans autorisation, sera condamné à un emprisonnement de six mois à trois ans. A l’expiration de sa peine, il sera conduit à la frontière.
La disposition suivante est insérée dans l’article 4 de la loi du 27 mai 1885, entre le paragraphe 4° de l’alinéa 1er et l’alinéa 2 :
« Pourra être relégué tout étranger frappé d’un arrêté d’expulsion et qui, dans un intervalle de dix ans, non compris les peines subies, aura encouru trois condamnations prononcées en application soit de l’article 8 de la loi du 3 décembre 1849, soit des articles 9, paragraphe 1er, et 11, paragraphe 3, du décret du 2 mai 1938 sur la police des étrangers, à la condition toutefois que l’une au moins de ces condamnations soit supérieure à un an d’emprisonne­ment. »

Art. 25. – L’article 11 du décret du 2 mai 1938, sur la police des étrangers, est remplacé par les dispositions suivantes:
« L’étranger pour lequel il sera démontré qu’il se trouve dans l’impossibilité de quitter le territoire français bien qu’assujetti aux dispositions des articles 8 et 9 du présent décret, pourra, jusqu’à ce qu’il soit en mesure de déférer, être astreint à résider dans les lieux fixés par le ministre de l’intérieur, et dans lesquels il devra se présenter périodique­ment aux services de police ou de gendarmerie.
« Tout étranger visé à l’alinéa précédent qui, dans l’intérêt de l’ordre ou de la sécurité publique, devra être soumis à des mesures de surveillance plus étroites que celles dictées à l’alinéa précédent, sera astreint à résider dans un des cantons dont la désignation sera faite par décret et dont l’organisa­tion sera établie par les ministres de l’intérieur et, s’il y a lieu, par le ministre des colonies.
« Les étrangers, ainsi visés dans les deux premiers alinéas, qui n’auraient pas rejoint, dans le délai prescrit par le ministre de l’intérieur, la résidence assignée, ou qui, ultérieurement, auraient quitté cette résidence sans autorisa­tion du ministre de l’intérieur, seront passibles d’un emprisonnement de six mois à trois ans. »

TITRE V

Art. 26. – Des décrets préciseront, en tant que de besoin, les modalités d’application du présent décret.

Art. 27. – Des décrets simples fixeront les conditions d’application du présent décret en Algérie et dans les colonies y compris les Antilles et la Réunion.

Art. 28. – Le président du conseil, ministre de la défense nationale et de la guerre, les ministres de l’intérieur, de la justice, sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l’exécution du présent décret qui sera publié au Journal officiel de la République française et soumis à la ratification des Chambres avant le 1er janvier 1939, conformément à la loi du 5 octobre 1938.

Fait à Paris, le 12 novembre 1938,

Albert LEBRUN.

Par le Président de la République :

Le président du conseil,
ministre de la défense nationale et de la guerre,
Édouard DALADIER.

Le ministre de l’intérieur,
Albert SARRAUT.

Le garde des sceaux, ministre de la justice,
Paul MARCHANDEAU.

Publicités
  1. Sortylege
    15 février 2010 à 2:12

    Bonjour a vous et attention « aux tirs tendus  » 🙂
    « On  » a besoin des bèstioles pour faire le (sal) boulot ,et là,les (« On »)èsclavagistes,ne sont pas racistes du tout ,puisqu’ils rechèrchent tout le temps l’efficacité acompagnée de la soumition docile ,je cois ?
    Pourvu qu’ils soient modèstes et craintifs,ils ne s’élèveront pas ……………….brave beste.
    Vous les verez (les « On « )toutefois chèrcher a enjoler puis enroler des bèstioles comme de vils chiens de chasse pour mater les paires du betail laborieux ……………..Et oui 😦
    Bof, des fois que la couleur soit sayante avec la boue ou autre chose ?
    N’allez pas croire que les travailleurs autochtones (albas cacas),a la retraite soit mieux lotis …….que non, ils ne sont pas moins honis sitot; leurs utilité rendue ,il partent aux rebuts!
    Chèrcherait’on a les occires aprés les avoir harcelés,que le sèpticisme qui les rongent depuis longtemps sous leurs masques des tousensembles dociles ,leurs assurent que leurre n’est plus .
    Je n’ai pu tenir jusqu’au bout ,l’ordure Phu Blyk n’est plus paix hasson hamme 🙂

    • 16 février 2010 à 2:46

      Bonjour,

      Je dois avouer que parfois je trouve mon propre style confus, mais quelque part je suis un peu rassuré après vous avoir lu : entre la syntaxe inhabituelle et l’orthographe créative, je me sens comme E.T. voulant téléphoner maison devant votre message ! 😉

      Néanmoins, soyez certain que j’apprécie votre soutien 🙂

  2. UN chouka
    16 février 2010 à 5:40

    Pour vous mettre en confiance,sur le « Dauphiné Libéré », a la rubrique « avis de déces », l’on peut lire qu’ a partir d’octobre 2008,le nombre mensuel ,partout connait une variation d’a peut prés du simple au triple qui ne semble pas vraiment saisonière, mais plutot conjoncturelle ?
    Aux USA ce sujet connait un débat publique qui malgrés la cruauté sociale de façade,en dit long sur celle de l’exagone peut etre ?

  3. 26 février 2010 à 12:46

    beaucoup appris

    • 1 mars 2010 à 10:34

      Je ne sais pas pourquoi votre commentaire s’est retrouvé dans le purgatoire… Normalement, les contributions de bonne foi ne sont pas filtrées, mais l’anti-spam a eu un coup de chaleur. Votre com’ a bien failli y rester sans que je ne m’en aperçoive. Désolé pour le délai.

  4. Johna492
    3 août 2014 à 12:25

    Hiya, I am really glad I have found this information. Nowadays bloggers publish just about gossips and web and this is really annoying. A good blog with interesting content, that is what I need. Thanks for keeping this website, I’ll be visiting it. Do you do newsletters? Can not find it. gdkdabbkebec

  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :