Accueil > Politique > Soupe à la grimace pour les Restos du Cœur

Soupe à la grimace pour les Restos du Cœur

Partager sur Facebook

Depuis 25 ans, le 1er décembre est une date attendue du calendrier pour tous les précaires (et ils sont malheureusement de plus en plus nombreux). C’est celle de l’ouverture des Restos du Cœur, qui servent bon an mal an – et les bonnes années se font rares – plus d’un million de repas gratuits. L’année dernière a même été marquée par un triste record, une inflation brutale de 14% de demandes supplémentaires.

Au bout de 25 ans, on pourrait presque trouver ça ‘normal’.

Ça ne l’est pas du tout !

Étant de cette génération ‘Coluche’ qui vit naître les Restos, je ne puis m’empêcher de penser à quel point cette institution avait pour vocation, non pas de durer, mais au contraire de créer un électrochoc aussi ponctuel que salutaire. Il n’en a rien été, et les Restos continuent à se substituer, grâce à une extraordinaire générosité publique, à l’État défaillant.

C’est une honte.

Actuellement, seules 30% des ressources allouées aux Restos sont publiques, et encore faut-il préciser que l’Union Européenne contribue pratiquement pour moitié à ces subventions. Cette dotation est de plus en baisse, malgré l’augmentation patente des besoins, ce qui ajoute le mépris au scandale. Il est incroyable qu’en un temps qui se veut moderne, au cœur d’un continent civilisé, le peuple continue de payer volontairement un impôt de solidarité en plus d’un taux de prélévement obligatoire pratiquement confiscatoire. C’est tout à l’honneur des citoyens de le faire, c’est tout à l’honneur des bénévoles de faire fonctionner la machine, c’est tout à l’honneur des artistes de se soucier des malheureux. A contrario, l’État et les collectivités territoriales se déshonorent de délaisser ainsi les plus pauvres. La pérénité des Restos, c’est la marque infâme qui me brûle le cœur au fer rouge tous les hivers, et qui signe la récidive annuelle de la lâcheté de la classe politique, toutes tendances confondues.

C’est insupportable.

Il n’est en effet pas supportable, et il ne l’a jamais été, qu’une initiative privée doive assumer la principale fonction régalienne de l’État : nourrir sa population. Tant que subsistera cet échec, tous les discours bien pensants seront de simples brassages d’un vent hypocrite et mauvais.

Et encore, je ne tire exemple que des Restos, mais que dire également de la fondation Emmaüs, lancée depuis plus de 50 ans pour simplement assurer un toit à tous, et qui est désormais persécutée pour son aide humanitaire ? Verra-t-on la Police traquer le sans-papier affamé aux Restos, également ?

Il faut que cela cesse.

Mais je suis hélas certain que je vais republier cet article l’année prochaine.

Publicités
Catégories :Politique Étiquettes : , , , , ,
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :