Accueil > démocratie, droits de l'homme, Politique > Faut-il sauver le soldat Rama Yade ?

Faut-il sauver le soldat Rama Yade ?

Partager sur Facebook

J’avoue, pour le titre, je ne me suis pas trop foulé. Je suis presque certain que d’autres l’ont utilisé avant moi, mais ce qui me rassure, c’est que je suis tout aussi certain que d’autres l’utiliseront encore après. Match nul. Et c’est quand même une question intéressante. Aux yeux de l’opinion qui la plébiscite, Mme Yade incarne visiblement une idée de la France qui attire plus que les gesticulations de Besson et sa fumeuse identité nationale, et puis, quelqu’un qui se fait pratiquement injurier par sa collègue aux détestables habitudes de poissarde, Mme Morano, ne peut pas être complètement antipathique. Bien sûr, aucun rapport entre cette incroyable cote de popularité et son physique de top-model, pas plus qu’avec son QI à faire passer Einstein pour un analphabète. D’ailleurs, on se demande bien pourquoi le sondage était divisé entre sympathisants de droite et de gauche, il aurait mieux valu faire une partition hommes / femmes pour obtenir des chiffres vraiment significatifs.

Mais non, pas la peine. Rama Yade, on l’aime parce qu’elle incarne, à sa manière, une certaine idée de la France. Dans la ligne d’un De Gaulle ou d’une Jeanne d’Arc [*], elle brandit fièrement le drapeau tricolore, aussi crotté soit-il en ce moment, et l’agite sans complexes sous le nez de tous ceux qui voudraient bien qu’on fasse mine d’avoir oublié leurs travers, au moins dans l’intérêt du business. C’est normal, en plus d’être jolie et supérieurement intelligente (je l’ai déjà dit, non ? Tant pis), elle, elle a une mémoire d’éléphant. Comment je le sais ? J’ai eu l’occasion de tenter un concours du même genre que celui qu’elle a décroché ; et même si je n’ai pas démérité, n’ayant pas été éjecté au premier tour, j’ai pu mesurer le niveau de compétition, ainsi que les qualités nécessaires pour réussir. Et je voue donc à Rama Yade une admiration sans bornes.

Malheureusement, ses belles qualités humaines ont le don de prendre ses amis politiques à rebrousse-poil. Passe qu’elle se soit accrochée une première fois avec son Ministre de tutelle, Bernard Kouchner. Après tout, il n’est qu’un transfuge du PS en rupture de ban, toléré au sein du gouvernement comme gage d’ouverture. On ne peut pas dire qu’il fasse partie de la famille. Elle l’a payé de sa place aux droits de l’homme, mais contrairement à sa collègue Kleenex©® de la Justice, elle a retrouvé un maroquin : « le coup passa si près que le chapeau tomba ». La différence entre les deux destins tient moins au travail accompli, puisque Mme Dati avait on ne peut plus servilement appliqué sans états d’âme la ligne politique dictée par le Président, qu’à l’impact politique d’un débarquement de Rama Yade. Feu le Président Mitterrand était paraît-il féru d’astrologie. Son successeur actuel, quant à lui, ne croit qu’aux sondages. C’est tout aussi dispendieux, et à peu près aussi précis pour lire l’avenir. Un dicton affirme d’ailleurs qu’il existe trois formes de mensonges : les petits mensonges, les gros mensonges, et les statistiques. À cette aune toutefois, Rama Yade était nettement mieux placée que Rachida Dati, elle a donc conservé son strapontin.

Mais cette fois l’alerte est beaucoup plus sérieuse. Officiellement, elle n’aurait pas joué collectif en s’opposant à sa Ministre de tutelle actuelle, Mme Bachelot, sur un obscur arbitrage fiscal. À cela s’ajoute son refus d’être une parachutée ethnique aux prochaines régionales, hors de son territoire naturel, les Hauts de Seine, qui sont justement, coincidence troublante, les terres de la famille Sarkozy qui en divise les prébendes entre tous les courtisans du Palais. On ne peut pas non plus évacuer, dans les raisons de sa disgrace, le rôle qu’elle a endossé en s’opposant à la nommination de Jean Sarkozy à la tête de l’EPAD. Bref, telle un Saint Sébastien moderne, elle est la cible de toutes les attaques actuelles, de la tête de l’État au dernier ministricule. Et mille flêches de s’abattre contre elle dans la presse, on ou off. Il semble bien que ses jours au gouvernement soient comptés, et qu’elle soit contrainte de se retirer dans une obscure campagne. Un limogeage dans les règles, doublé d’un p’tit coup de Kärcher©® soigné pour purifier l’air de Neuilly. L’ennui étant tout de même que Mme Yade est actuellement la seule personnalité politique du gouvernement dont la cote de popularité soit en pleine érection, alors que tous les autres responsables sont en pleine débandade. Ce qui n’a absolument rien à voir avec son physique de rêve, à même de faire sortir de la liste des médicaments remboursables la pilule miracle des laboratoires Pfizer©®. Je vous avais déjà parlé de son physique ? Vraiment ? Passons.

Vous l’aurez déjà compris, je suis comme tout un chacun prêt à voler derechef au secours de Mme Yade. Mais. Mais malgré ses immenses qualités personnelles, au nombre desquelles se place favorablement le fait qu’elle soit la seule personnalité politique d’envergure nationale dotée d’une plastique regardable, j’ai quand même du mal à oublier que cette femme n’est là que par la volonté du Président, auquel elle a promis allégeance. Et j’ai également de la peine à m’ôter de l’esprit, quand je la regarde, qu’à part se répandre en paroles – ce qui est déjà bien plus que ce qu’osent les valets de la Sarkozie – elle a toujours cédé aux remontrances pour finir par s’aligner sur la position commune. J’ai la conviction qu’en femme intelligente, elle a volontairement flirté sur une ligne politique délicate, entre indispensable soutien, et attitude critique, pour se ménager l’éventualité d’un futur positionné en recours interne à la droite. Elle n’en est pas loin, mais c’est grandement prématuré : la bête n’est pas morte, il s’en faut de beaucoup. Et puis, que serait un destin sans traversée du désert ? Mme Yade connaît ses classiques, et je ne doute pas que cette péripétie ne soit d’ores et déjà écrite dans son emploi du temps des dix prochaines années.

Vous serez ma Présidente un jour, Mme Yade. Mais vous n’aurez pas mon soutien aujourd’hui.

En plus, j’ai appris que vous étiez mariée.

_____________________________
[*] [24/11/2009] Insubmersible Rama Yade : depuis que j’ai écris ce billet, elle est parvenue à obtenir la place qu’elle briguait sur la liste UMP pour les régionales des hauts de seine ; à ce compte-là, il ne manquerait plus qu’elle sauve sa tête au gouvernement et elle serait en mesure de briguer la béatification par la procédure sancto subito. Un bol pareil, ça ne peut pas résulter uniquement de l’intelligence ou du physique (aussi avantageux soient-ils ) ça tient du miracle !

Publicités
  1. SANSVOIX
    10 novembre 2009 à 11:24

    « J’avoue, pour le titre, je ne me suis pas trop foulé »

    Mais non, vous n’êtes pas le seul.
    Moi je l’ai aussi piqué ailleurs, je crois sur RTL, un certain matin de pénible réveil.

    Mais moi je fais peut-tre plus original en collant au titre du film, « Sauver le soldat RYAN » par ceci :

    « …Sauver la soldate RAYAD » !

  2. h.gazel
    28 novembre 2009 à 6:19

    Je ne l’apprécie pas particulièrement mais au moins elle a une certaine forme de courage politique. Reste à savoir si comme attendu elle va plus ou moins disparaitre du fait de son inexpérience et sa forme de naiveté(ce n’est pas péforatif)honnêteté(pour une politique tout de même)courage(dont elle fait un peu trop preuve dans le jeu politique ce qui la dessert mais elle sais très bien que c’est tout ce qui lui reste et qu’il faut donc en jouer à outrance pour ne pas se fondre dans le décor de la majorité pour une période indéfinie). Mais qui sait peut être trouvera t’elle d’autres personnes non pas comme elle mais qui puissent la compléter et lui apprendre à devenir une vraie politique(sans toutefois trop perde de sa personnalité…

  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :