Accueil > Informatique, linux > Le bonheur, c’est simple comme un coup de YUM

Le bonheur, c’est simple comme un coup de YUM

Partager sur facebook

Google a eu la bonne idée de rendre public une version Linux de son navigateur Chromium. Mais ce navigateur est encore en phase de développement, pour l’instant, les deux seules distributions Linux officiellement compatibles sont Debian et Ubuntu (la seconde étant une variante de la première, ceci explique techniquement cela).

Mauvaise nouvelle pour les afficionados de Fedora, dont je fais partie. Mais heureusement, il existe une solution presque simple pour pouvoir jauger soi-même du nouveau bébé de Google.

Pour cela, il suffit de déclarer une nouvelle source de paquets en créant un fichier appelé chromium.repo dans le répertoire /etc/yum.repos.d/ et de le remplir avec les lignes suivantes (nécessite les droits super-utilisateur) :

[chromium]
name=Chromium Test Packages
baseurl=http://spot.fedorapeople.org/chromium/F$releasever/
enabled=1
gpgcheck=0

Ceci fait, un petit coup de ‘yum install chromium‘ (toujours avec les droits ‘root’) permet à tout un chacun de se prendre pour un béta-testeur.

Et alors ?

Alors, c’est pas mal du tout. D’ailleurs j’écris ce billet depuis Chromium, et jusqu’ici tout fonctionne. L’affichage des pages est ultra-rapide, jusque-là c’est du bon boulot, et c’est assez stable pour un navigateur. Bref, ça marche, et les développeurs de Firefox feraient bien de s’inspirer un peu de la vélocité et de la relative économie de ressources de Chromium.

En revanche, le coup des onglets dans la barre de fenêtre ne me plaît pas du tout. Un des avantages de KDE 4, c’est de pouvoir placer les boutons comme on le souhaite ; la plupart des applications s’adaptent ainsi naturellement aux habitudes individuelles. Les autres window managers ont aussi une opinion assez personnelle de ce que doit contenir la barre de titre, et c’est souvent une des raisons pour lesquelles ils ont des fans – et encore, je ne parle même pas du cas spécifique des tiling window managers, qui sont tout simplement allergiques aux barres de titre pour les fenêtres.

Malheureusement, Chromium a besoin pour placer ses onglets que le style de la barre de titre soit constant. On se retrouve donc avec une fenêtre au look Windows XP©® qui jure terriblement avec le reste du bureau, et qui oblige à une gymnastique mentale perpétuelle pour retrouver qui fait quoi. Très pénible, et en opposition complète avec la philosophie Unix selon laquelle c’est à l’utilisateur de décider de ce qu’il souhaite voir.

Google devrait donc laisser le gestionnaire de fenêtres faire son job, et s’occuper uniquement de ce qui lui appartient : le contenu de la fenêtre. Do no evil. Mais bon, malgré cela, comme installer depuis yum permet de conserver une machine propre, on considérera que pour un logiciel en alpha-release, la cuillère est assez longue et le diablotin suffisamment petit pour partager au moins un p’tit dèj’.

Publicités
Catégories :Informatique, linux Étiquettes : , , , , , , ,
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :