Accueil > citoyenneté, Droit, droits de l'homme, immigration, Loi, Politique > Niqab : bourqa c’est bas bossible (1ère partie)

Niqab : bourqa c’est bas bossible (1ère partie)

Partager sur Facebook

[ndla : ce billet forme le second volet d’un triptyque dont la première partie se trouve ici : Niqab : bourqa bas ?, et la fin ici : https://13nrv.wordpress.com/2009/11/08/niqab-bas-bossible-2/]

J’ai donc fini mon billet précédent sur un « mais », après avoir exposé pourquoi je trouvais l’idée d’un débat (sur l’interdiction par la loi du niqab) malvenue, inutile, et instrumentalisée. Mais. Donc. Avant tout cependant, quelques précisions : je ne me dissimule pas ce que je suis, savoir, un français qu’on dit « de souche », c’est à dire en fait le produit d’un métissage complexe et perpétuel, dont la moitié des racines se perd dans la nuit des temps sur le sol métropolitain, et dont le reste des origines, pour un quart vient d’Europe (Allemagne) et pour le dernier quart vient de… personne ne sait en fait, pour les origines d’un de mes grand-pères. Disons que s’il était jeune aujourd’hui, pas de doutes qu’il se fasse contrôler au faciès tous les 10 mètres dans le RER. Et pourtant, de toute ma famille qui représente à elle seule la plupart des courants traversant ce pays, ce grand-père était sans doute le plus pur produit du système républicain[*]. Grand père athée, Hussard Noir (instit’, quoi) au service de la France dans les campagnes de la III° et des deux suivantes (République, bien sûr), toujours en dette de l’éducation qui lui avait été offerte, à lui le petit gueux. Il la dispensait en retour sans compter : laïquement, gratuitement, et obligatoirement. Le genre de grand-père à répondre d’un ton courroucé à son petit-fils, qui lui demande du haut de ses cinq ans « Et toi pépé, tu vas voter qui ? » après une discussion familiale forcément animée : « Républicain ! ». Leçon pour l’avenir, un peu dure à avaler tout de même sur le coup. Lui et ma grand-mère formaient le plus dépareillé, et donc le plus complice des couples possibles : elle, catholique convaincue, à l’arbre généalogique interrompu seulement par l’injure faite aux registres paroissiaux antérieurs au XIII° siècle par le temps, et résolument Gaulliste. Et donc, cela plus le reste, c’est mon héritage, à moi : des gens que tout oppose, qui vivent ensemble malgré leurs opinions divergentes, et qui se parlent avec respect mais franchise au-delà de leurs différences. Et qui s’aiment parce qu’ils sont différents et qu’ils s’enrichissent mutuellement au contact les uns des autres.

Ce qui ne me donne aucune légitimité religieuse intrinsèque pour parler de « foulard islamique ». En revanche, dans la mesure où, si loi il y a, elle sera promulguée en mon nom de citoyen, j’ai bien évidemment toute la légimité requise pour en parler de manière externe. D’où cette introduction un peu longue. Car je ne souhaite pas froisser particulièrement et surtout pas délibérément les sensibilités musulmanes. C’est un réflexe naturel, que n’importe qui éprouve ne serait-ce qu’en ouvrant la presse internationale pour lire le compte-rendu d’un journaliste étranger sur son propre pays : on est automatiquement beaucoup plus critique vis-à-vis « des autres » lorsqu’ils parlent de nous. Et pourtant, même s’il est vrai que « les autres » ont une vision déformée, et souvent péjorative, parce qu’« ils » vivent dans une sphère d’a priori différente de notre perception de la réalité quotidienne, il faut garder présent à l’esprit deux choses :

– D’une part, ce n’est pas parce qu’une critique émane d’autrui qu’elle est fausse ; « Tous ceux qui ne sont pas avec nous sont contre nous », c’est du G.W. Bush, c’est de la réflexion hamburger. C’est à la fois gras, indigeste, et déséquilibré. Parfois, il s’agit au contraire d’un véritable devoir d’amitié que de critiquer un proche.

– D’autre part, si nous nous sentons trahi par les préjugés d’autrui sur nous, nous posons-nous la question de nos propre préjugés à son encontre ? Pouvons-nous être certains d’en être dépourvus ? Ne sommes-nous pas justement, en niant la critique parce qu’émise par une personne que nous croyons hostile, en train de juger nous-mêmes cette autre personne à travers notre insuffisance ?

Donc, oui, je suis critique sur le sujet du niqab. Et je vais vous exposer mes raisons dans ce billet.

———————-
[*]Le reste étant moitié fonctionnaires, moitié entrepreneurs, moitié sfio, moitié rpr, un arrière grand père rouge qui planquait des tracts, un autre pétainiste [avec « l’excuse » d’être revenu du mort-homme en 1918 un peu troué mais pas trop, convaincu qu’il devait la vie sauve au Maréchal], les autres morts pour la France qu’ils soient d’accord ou pas, et encore une lorraine née allemande plus française qu’un français mais qui garda jusqu’à sa mort la photo de son propre père en grand uniforme feldgrau et casque à pointe sur son vaisselier, etc.

Publicités
  1. Christophe
    6 novembre 2009 à 5:29

    Bonsoir,

    J’attends avec impatience la suite de votre billet, j’aurai seulement à déplorer le propos liminaire justifiant de votre qualité de français dit de « souche ».
    En générale – ce qui ne veut pas dire que c’est ce que je pense de vous – les personnes qui vont fustiger une communauté se justifie toujours derrière une légitimisation ancestrale, moyennageuse.
    La qualité de citoyen ne se mesure pas en mon sens par la justification de la présence sur le sol français, métropolitain de surcroit, d’aieul derechef combattant durant les différentes guerres.
    Tiens ? En est en plein actualité sur le débat de la citoyenneté.
    Ce que je voulais soulever est qu’il est malvenu de justifier d’une qualité de « français » pour parler de considération religieuse, alimentant quelques peu une fausse controverse et surtout un amalgane entre la citoyenneté et l’appartenance religieuse.

    • 6 novembre 2009 à 6:20

      Le débat sur « l’identité nationale », j’en parle ici :
      http://13zenrv.fr/2009/10/27/opinion-gravement-manipulee/

      Mais je ne me cache pas, ni à moi-même, ni aux autres, ce qui m’a fabriqué. C’est pour ça que je le dis ; je sais que l’autre n’a pas les mêmes références. Pourtant, croyez bien que je reconnais en lui mon égal en toutes choses. Et de plus, même si je suis contre le débat sur une pseudo identité-nationale, je refuse également qu’on m’interdise de me prévaloir de mon identité personnelle. Mon identité nationale, c’est ma citoyenneté. Point. Mon identité personnelle ne sera pas kidnappée par les extrêmistes au point que je doive avoir honte d’elle.

      Enfin, justement, j’ai dit aussi dans ce billet que mon processus de construction intellectuel ne me permettait pas d’aborder la question sous l’angle religieux.

      Mais merci de votre billet, je vais sûrement rendre plus clairs les points que vous soulevez.

      Comme ça, le retard pris dans l’écriture de la suite sera de votre faute 🙂

  2. Christophe
    7 novembre 2009 à 11:56

    Je n’ai aucun doute quand à votre vertu croyais le bien, seulement voilà j’ai toujours entendu des discours commençant par une justification d’une appartenance à une origine quelconque – en l’occurence française – ou alors l’auteur se justifiant d’être l’ami de black ou de musulman pour ensuite commencer une attaque en règle de la population en question.
    Je m’en voudrai être celui qui sera le fauteur de trouble – en vous faisant perdre du temps par mes commentaires sur la suite de vos articles 😉 – je vous incite à vous concentrer sur les prochains billets pour nous permettre de profiter de votre point de vue. 🙂

    Ps: merci pour le lien sur l’identité nationale je m’en vais de ce click le lire 😉

  3. Christophe
    7 novembre 2009 à 11:59

    En réalité j’avais déjà lu votre billet sur l’identité nationale que j’ai bien entendu publié sur Facebook il y a déjà quelques jours, un pur régal 🙂

  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :