Accueil > Droit, Loi, Politique > La loi, c’est pour les autres.

La loi, c’est pour les autres.

Partager sur Facebook.

Je ne voudrais pas que ça devienne une habitude, mais vraiment le Figaro fait tout son possible pour me foutre hors de mes gonds en ce moment. Avant-hier, c’est Mr Leclerc qui s’y est collé avec un article de propagande sur de nouvelles mesures destinées à saisir les avoirs des trafiquants dès le stade de l’enquête pour éviter les manoeuvres habituelles de ces gens qui se rendent insolvables le temps de la procédure et récupèrent les sommes confiées à des tiers pendant leurs démêlés judiciaires à leur sortie de zonzon.

Quoi, on ne saisissait pas le produit des trafics, vous exclamez-vous depuis le fond de votre fauteuil bien rembouré ! Mais que fait la police ? Ce qu’elle peut, mon ami, c’est à dire ce que la loi lui permet. Or là, on a un problème. Bien sûr que la loi permet de saisir le produit frauduleux d’un délit, c’est normal. Encore faut-il que le délit soit reconnu par la justice, dans un jugement. Ah, oui, voilà que surgit cette fameuse présomption d’innocence, quelle vacherie… Pourquoi irait-on vous piquer votre patrimoine pendant que vous êtes encore présumé innocent, hein ? Pendant ce temps-là, tout de même, il s’agit a priori de votre propriété, et c’est la Constitution de la République Française qui dit qu’il ne peut pas être porté atteinte à vos biens sans raisons. Ouch. Gros obstacle.

Il paraît que notre Président a été avocat dans une vie antérieure. Il aurait même eu des diplômes de droit pour ça, pas comme son fils qui court encore après ses UV manquantes (et qui ne se rappelle plus des intitulés de celles qu’il a obtenues, comme quoi, la génétique, y’a pas à dire, c’est terrifiant, il aurait du être fiché en maternelle pour futurs graves troubles de la mémoire, mais je m’égare). Bon. Je crois que notre Bien-Aimé Président a fréquenté Nanterre, ça doit expliquer, parce qu’on n’a pas entendu les mêmes choses en droit Constit. Lui, visiblement, ce détail, ça ne le retient pas un millième de seconde : il a vu Dieu les USA, et il sait que là-bas, dans certains États, ils ont instauré ce système.

Et donc, notre journaleux se fend d’une aimable feuille pour exposer le grand projet de lutte contre l’argent du Crime. Et toute la clique des fronts bas – main haute de bêler en choeur comme quoi c’est super, après l’eau chaude on n’attendait plus que ça pour entrer dans la modernité, et que ça va résoudre d’un coup le chômage, les vergetures et la pénurie de pétrole. Ce que le talentueux pisse-copie oublie dans son exercice de style, c’est justement de regarder comment cette loi s’applique dans son éco-système d’origine (je ne vais certainement pas tarder à parler des USA, parce qu’ils me chauffent gentiment aussi dans leur genre, même depuis le départ de Bush).

De l’autre côté de l’Atlantique, la loi, vendue aux électeurs sur les mêmes bases qu’ici (lutte contre les bandes, la grosse délinquance, etc.), est détournée quotidiennement pour spolier des familles entières de leurs biens. C’est comme les PV routiers : facile, pas cher, et ça rapporte très très gros. Ils sont forts, ces ricains. Pour ça, la méthode est rôdée : on choppe un fils de famille avec un peu de hash sur lui, on enquête pour trafic (dès fois que ça soit un dealer), et hop, on est dans le cadre : s’il trafique, il s’enrichit, et comme il vit chez ses vieux, par conséquence, eux aussi profitent de son «crime». Y’a plus qu’à vider les comptes et mettre la baraque aux enchères, ni vu ni connu j’t’embrouille. Pas besoin de preuves, de procès, tout ça, c’est dépassé ! L’accusation suffit. Et allez vous trouver un avocat quand il ne vous reste plus rien, au pays du dollar roi ! Essayez pour voir.

Là encore, dans le déluge des 300 messages qui s’est abattu sur les commentaires, il a du s’en trouver 10 pour penser juste un peu au-delà de la proposition. Dont le mien, qui suit. Ce qui tendrait à prouver que si le poisson rouge a une mémoire de 30 secondes derrière lui, les lecteurs du Fig ont une capacité d’anticipation de deux minutes dans le futur.

« Je sens qu’on va bien rigoler … le jour où parmi toutes les bonnes âmes qui applaudissent aujourd’hui, il y en a une qui sera poursuivie par erreur, ou parce que son fils aura fait une c*ie. Ce jour proche où il n’y aura plus de juge d’instruction pour enquêter sur les faits, et où elle aura un commis d’office qui lira le dossier 1/4 d’heure avant l’audience faute d’avoir encore les moyens de se payer un vrai avocat. Et vous penserez bien à moi, ce jour là, sur le banc des prévenus, quand vous entendrez le proc’ vous tailler un costard de prince de la pègre, parce que même s’il sait que vous ne l’êtes pas, il ne va pas être pressé de le reconnaître et d’être obligé de vous rembourser ce qu’il a saisi. Mais bon, vous pourrez peut-être compter sur le juge. Admettons que dans ce bisounours-land, vous soyez reconnu comme l’innocent que vous êtes. On évaluera alors ce qu’on doit vous rendre, et magnaniment, on vous en offrira… quoi, 30% de la valeur d’achat ? Et ce sera, signez là ou faites un procès pour améliorer l’estimation… mais avec quel argent ? Vous n’en avez plus depuis au moins 3 ans !
Fantasmes ? Pas du tout. C’est déjà la situation actuelle aux USA.»

Publicités
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :