Accueil > démocratie, Politique > Il est passé par ici, il repassera par là…

Il est passé par ici, il repassera par là…

Partager sur Facebook.

Une fois n’est pas coutume, aujourd’hui, c’est l’absence de réactions à une nouvelle qui m’escargace quelque peu. Pour être totalement franc, j’irai même jusqu’à écrire que ça me met légèrement la rate au court-bouillon.

Quelle est l’affaire ? Telle que rapportée il y a quelques semaines dans L’express, notre parti unique en son genre, l’UMP, tente d’introduire le vote électronique dans les universités.

Tout le monde le sait depuis longtemps, la participation démocratique dans les facs est nullissime. Entre des syndicats et corpos qui se déchirent quelques salles moisies, une forte politisation qui n’a aucun intérêt concret pour les étudiants, l’ambition politicienne de quelques jeunes loups des partis traditionnels déguisés sous des peaux de moutons pseudo-contestataires, d’une part, et la bamboche quotidienne des électeurs qui sont en général trop stones pour se lever et aller voter, d’autre part, ça n’a rien d’étonnant. Rêver qu’une machine puisse résoudre ces divergences, c’est du fantasme, et c’est en plus un fantasme coûteux. Quelle mouche a donc piqué l’UMP pour se lancer dans cette croisade de l’inutile sidéral, quitte à se foutre à dos une fois de plus toute la jeunesse qui ne s’allie jamais plus ni mieux que pour mettre la zone ?

Pour y comprendre quelque chose, il faut retourner à l’élection présidentielle dernière. Sous la férule UMPiste, un certain nombre de municipalités avaient instauré un vote électronique, ce qui avait alors provoqué un gigantesque tollé populaire. Il faut dire qu’on était en plein dans les remous de l’élection de Bush II le petit, dit aussi « le mal élu » dont le parti ne cessait de réclamer à cors et à cris l’instauration aux USA de machines de votes. Pour mieux tricher la fois suivante ? Pour faire court, les français pas trop veaux pour une fois, avaient assez nettement fait sentir qu’en raison de la suspicion légitime du peuple face à un système de vote opaque, il n’était pas question d’y songer de manière étendue dans un avenir proche.

Les raisons sont évidentes : avec une boîte en plexy et les procédures actuelles, le système de vote peut-être compris par un gamin de CM2, et son contrôle ne requiert que des citoyens normalement attentifs en nombre suffisant. Tricher suppose de nombreux complices (qui vendront forcément la mèche, un secret partagé par plus de 3 personnes ne restant jamais occulte très longtemps). Par ailleurs, le comptage malgré quelques difficultés ponctuelles à trouver des volontaires est une opération largement parallèle, qui n’a pas de problèmes spécifiques pour s’adapter à un nombre important de votes puisque ce sont les électeurs qui bossent. Ça ne coûte rien, et la force de travail présente est large.

Le vote machine quant à lui est très différent. On ne sait pas exactement ce que fabrique l’ordinateur, le nombre de personnes capables de comprendre les bases théoriques justifiant la programmation se compte sur les doigts de deux mains, et ces spécialistes de la cryptologie ne sont pas des spécialistes de l’électronique, ni du système, ni du langage. Ils peuvent très bien dire que le programme tel qu’on le leur montre est correct, mais ils ne sont pas compétents pour dire si c’est bien ce programme qui a été compilé en langage machine, et ils sont encore moins compétents pour savoir si d’aventure il n’y aurait pas un autre programme qui bricolerait les résultats par derrière, comme un virus qui serait caché sur un ordinateur de bureau pour bidouiller les fichiers à l’insu de l’utilisateur. C’est déjà bien pénible de se refaire sa compta perso parce qu’un virus malveillant a effacé un bout d’Excel, mais se taper un truand désigné par une machine truquée pendant cinq ans, c’est un peu plus grave. On pourrait peut-être arriver à un niveau de sécurité suffisant en alignant les experts à la chaîne (en toute franchise, je n’y crois pas une seconde). N’empêche qu’au bout du compte, on aurait un système où seule une élite de scientifiques comprendrait le processus, le peuple étant prié de se la boucler. Comme modèle démocratique « par le peuple et pour le peuple », il y a mieux. Donc de toute manière, le vote électronique, c’est de la merde.

Pourquoi donc s’entêter à imposer un système contraire aux fondements mêmes de la société et entaché jusque dans ses racines d’un soupçon fort de manoeuvres frauduleuses ? L’amour de l’art ? Je n’y crois pas un instant. L’obstination politique n’a qu’un moteur, c’est le profit. Et il faut bien dire que sous cet angle, le marché est colossal. Il y a peut-être deux groupes industriels nationaux avec la capacité de produire ces terminaux, le nombre nécessaire de machines doit flirter avec les 100.000, et le prix est pour ainsi dire illimité puisque ce sont des produits spécifiques, pratiquement tous des prototypes. On peut comprendre que ces industriels aient tout intérêt à obtenir cette commande. Quant à la symbiose malsaine entre pouvoir et économie, elle n’est plus à démontrer.

Le hic, c’est que le peuple n’en veut pas. Les imbéciles. Alors, si d’aventure on pouvait expérimenter sur les étudiants et faire avaler la pilule aux jeunes, on serait assuré que dans un avenir proche, on pourra y revenir. On aura ainsi anesthésié toute vélleité contestataire bien en amont, et le but sera atteint. Le vote électronique à la fac, c’est comme la bière ou le pastis sans alcool : ça prépare les générations futures. Et quand ça en a le goût et l’odeur, c’est que c’en est, comme disait une amie de mon arrière grand’mère. Pour une fois, ça aurait bien mérité quelques commentaires.

Publicités
Catégories :démocratie, Politique Étiquettes : ,
  1. 2 septembre 2014 à 5:36

    Thousands of unhappy and unsatisfied married women all across the globe are in need of rock hard dicks. Step in and be the hero by giving them everything their husbands cum up short on.
    Fuck a married woman and save a marriage today http://www.ashleyrnadison.com/A113183

  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :